April 10, 2016

Please reload

Posts Récents

Tout a commencé par une soirée d’hiver très froide

March 7, 2018

1/4
Please reload

Posts à l'affiche

Djalāl ad-Dīn Muḥammad Rûmi, un éminent philosophe et poète mystique et un maître spirituel reconnu.

Né au treizième siècle (1207), Il était originaire de cité de Balkh dans le Khorasan (région de culture perse), dans le nord de l'actuel Afghanistan. Rûmi est le fils d'un théologien et maître soufi réputé, surnommé « sultan des savants ». Sa mère Mu'mine Khatûn était la fille d’émir de Balkh.

Quand Rûmi avait douze ans, il fuit avec sa famille devant l'arrivée des Mongols en Asie centrale. Ils s’installent à Lâranda, non loin de Konya anciens territoires romains.

À l'âge de 19 ans, Rûmi épouse Gauher Khâtûm qui lui donne deux fils. Trois ans après leur mariage, Gauher meurt. Rûmi épouse en secondes noces une veuve turque qui avait déjà un fils, Rûmi eut un autre fils et une fille avec elle.

Ayant passé des années de formation en théologie et en spiritualité, il était un homme universel qui voyait toutes les traditions comme une seule reconnu. Il aimait à fréquenter les chrétiens et les juifs tout autant que les musulmans.

 

Shams ed Dîn Tabrîzî

Son œuvre sera fortement inspirée de sa rencontre avec Shams, son maître spirituel dont le prénom peut être traduit par « soleil »

Quand Shams (? - 1247) arrive à Konya en 1244, il n'est qu'un derviche errant venant d'Iran. La rencontre se résume en un moment d'exception où Shams apparaît comme le maître spirituel tant attendu de Rûmi. Ce dernier se voue immédiatement à l'enseignement de son maître et sa vie prend un tournant essentiel.

Après seize mois passés ensemble, Shams est contraint d'aller à Damas pour échapper à la jalousie des disciples de Rûmi. Il revient quelque temps plus tard, mais disparait soudainement le 3 décembre 1247, assassiné. Un des fils de Rûmi est soupçonné. Rûmi lui-même se rend par deux fois à Damas dans l'espoir de retrouver son maître.

Inconsolable, Rûmi institue alors le fameux concert spirituel, le sama', comme union liturgique avec le divin, menée par l'émotion ou l'ivresse de la musique et de la danse. Il finit aussi par retrouver son maître, non pas dans le monde, mais en lui-même, quand il comprend qu'il n'y a plus de différence entre maître extérieur et intérieur.

 

La pensée de Rûmi 

Rûmi a prêché la tolérance, la raison et l'accès à la connaissance par l'amour. L'homme parfait, parvenu à la conscience de son unité essentielle avec la Divinité, est, dit Rûmi, "le but de l'univers". Le monde est tout entier un miroir de l'Unicité divine, dans la diversité des phénomènes.

« Tout est Un
la vague et la perle
la mer et la pierre
Rien de ce qui existe en ce monde n’est en dehors de toi.
Cherche bien en toi-même ce que tu veux être puisque tu es tout.
L'histoire entière du monde sommeille en chacun de nous. »

C'est donc dans la communion avec tout ce qui existe que Rûmi nous fait revivre un peu de la Suprême Communion.

Lui a vu et ressenti la présence de son Bien-aimé à travers la beauté des jardins, à travers les parfums du printemps, les chants des oiseaux mais surtout à travers l'union avec l'aimée. Cette approche nous réconcilie non seulement avec nos sens, avec la vie sous toutes ses formes mais également avec la mort que Rûmi décrit comme une véritable résurrection.

« Tu as vu le déclin; découvre l’élévation.  
À la lune, au soleil, le coucher causera-t-il du tort?  
À toi, cela paraît un coucher : en réalité, c’est une aurore.  
La tombe te semble prison? C’est la libération de l’âme.  
Quelle graine semée en terre qui n’ait un jour germée?
Pourquoi douter? L’homme, lui aussi, c’est une graine enterrée. »

 

Enfin selon Rûmi, son cheminement, de toute sa vie se résume en trois choses : « J’ai été vert, j’ai été ensuite cuit, et maintenant  je suis consumé ».

"J'ai vu Dieu avec l'œil de mon cœur. Je lui ai demandé: Qui es-tu ? Il m'a répondu: Toi"  

Il mourut dans une grande sérénité à l’âge de 66 ans à Konya, où son tombeau fait l'objet d'une grande vénération.  

 

Amour : Ces amours qui sont pour une apparence extérieure ne sont pas l’amour: à la fin, elles sont une calamité. Ta tâche n’est pas de chercher l’amour, mais simplement de chercher et trouver tous les obstacles que tu as construits contre l’amour.

Couple mariée : Le couple mariée doit s’accorder : regarde une paire de souliers ou de bottes. Si l’un des souliers est trop étroit pour le pied, la paire n’est d’aucune utilité pour toi.

Effort : L’effort n’est pas un combat avec le destin, parce que c’est le Destin lui-même qui nous a  imposé cet effort.

Temps. Le passé et le futur n'existent qu'en relation avec toi ; tous deux ne sont qu'un, c'est toi qui penses qu'ils sont deux.

Force de la pensée. Ô mon frère, tu es ce qu’est ta pensée; quant au reste, tu n’es que des nerfs et des os.  

Si votre pensée est une rose,  
vous êtes un jardin de  rose;  
si c'est une épine,  
vous êtes un carburant pour un fourneau.

 

 

 

 

Please reload

Retrouvez-nous

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square